vendredi, décembre 2, 2022
Google search engine
HomeInfosCOTE D’IVOIRE : UN PRETRE MENACE ALASSANE OUATTARA

COTE D’IVOIRE : UN PRETRE MENACE ALASSANE OUATTARA

Docteur en Théologie dogmatique et Prêtre ivoirien en tête du Diocèse de Yopougon, Père Hervé Marius Djadji a adressé une lettre ouverte d’avertissement au Président Alassane Ouattara. Cette correspondance résulte de la décision du président ivoirien de briguer un troisième mandat. Ce dernier l’a officiellement annoncé le 06 août dernier sur son compte Facebook, alors qu’il avait déjà promis à la nation entière de se retirer du jeu politique en 2020.

Père Hervé Marius Djadji

Plusieurs personnalités influentes du paysage médiatique et culturel en Côte d’Ivoire ont déjà ouvertement exprimé leur mécontentement et leur colère face à ce revirement de leur Chef d’Etat. C’est le cas du musicien Meiway, père du Zoblazo qui, dans une vidéo sérieuse et d’un ton ferme, a exhorté Alassane Ouattara à annuler son intention le soir même de son annonce.

LE MESSAGE DE PERE HERVE MARIUS DJADJI

Voici un extrait de la longue lettre du Père Hervé Marius Djadji, dans lequel il a explicitement posé cinq conditions au Chef d’Etat ivoirien pour sortir la tête haute :

« (…) M. le Président pour être cohérent et logique, je vous propose de reconsidérer votre décision du 6 août. Celui qui a reconsidéré une fois, peut reconsidérer deux fois et même trois fois. Il y a eu un évènement qui vous a poussé à reconsidérer votre décision. Maintenant, M. le président, en toute vérité je vous révèle que des millions d’Ivoiriens ne sont pas contents de votre décision. Même dans votre camp, il y a des milliers de partisans qui ne sont pas contents mais qui ne peuvent rien dire parce qu’il y a des gourous qui veulent éternellement manger.

Retirez-vous à Assinie, seul dans la méditation, dans le silence en interrogeant votre cœur, votre éducation ainsi que le bon sens et vous trouverez certainement un cadre de ce pays digne de votre succession et capable de continuer la marche. Allah, le Miséricordieux, notre Dieu à tous se souviendra de votre geste. M. le président je vous propose cinq choses au nom de la réconciliation et de la paix: Remettre un passeport diplomatique au président Gbagbo et au ministre Charles Blé Goudé, faire revenir tous les exilés, faire libérer tous les prisonniers politiques et militaires et vous retirez de la course.

Si vous posez cet acte, vous sortirez la tête haute et peut être qu’au nom de ces gestes votre candidat gagnera les élections parce que beaucoup d’Ivoiriens vous seront reconnaissants. Chers Ivoiriens proches du président Ouattara, voici des conseils que vous pouvez donner à notre chef pour son bien et pour le bien de toute la Côte d’Ivoire. Vous les chrétiens catholiques, ministres catholiques, voici ce que vous pouvez dire au président, au nom de votre foi en Christ.

Ne cherchez pas votre gloire et votre honneur chers ministres catholiques, cherchez le bonheur du peuple. Se dire ministre catholiques, c’est dire la vérité pour le bien du peuple et non seulement demandez une messe quand le premier ministre meurt ou partager du riz dans les séminaires, donner des enveloppes sur les paroisses. Dieu ne voit pas tout cela. Dieu regarde ce que vous posez comme acte fort dans la vérité évangélique pour sauver le peuple.

M. le président, je ne suis pas Dieu, je ne suis pas un prophète, je ne suis qu’un citoyen qui vous dit ce qui est bien parce que moi ce que je gagne en vous disant cela c’est le salut du peuple et sauver votre honneur, alors que les délégations qui font des processions à votre résidence avec tambours et trompettes affirmant que vous êtes le messie, ne recherchent que des billets de banque et des rangs. Demain, les mêmes diront qu’ils ont été trahis par Satan. M. le Président que dira le tribunal de l’histoire aux générations à venir ? »

Père Marius Hervé Djadji

Docteur en Théologie.

RELATED ARTICLES
- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Recent Comments